pleniere090319

Compte rendu de la 4e Plénière du samedi 9 mars 2019

Une cinquantaine de présents: [Voir liste des présents]
Animation: Christopher Liénard
Prise de notes: Michel Cucchi

Les précédentes Plénières ont surtout consisté en des échanges d'informations: remontée d'informations des groupes locaux (et vers les groupes locaux), outils, événements passés et à venir, etc. Les rencontres passées n'ont pas permis de prendre des décisions sur la nature du collectif, son organisation, son fonctionnement. La majeure partie du temps de cette Plénière est consacrée à ce cadrage.

L'ordre du jour proposé est le suivant:

  • Organisation du collectif
  • Construction des revendications
  • Prochaines actions, notamment les marches des 15 et 16 mars.

Une rencontre du groupe de travail sur l'organisation du collectif a eu lieu le 8 mars, qui a abordé 4 points:

  • la raison d'être
  • la forme
  • le fonctionnement
  • la légitimité des actions/la représentation du mouvement (à l'occasion par exemple de revendications à porter par exemple).

Un débat s'engage sur la façon de prendre le problème, qui s'appuie sur un document préparé par Christopher Liénard collectant les propositions émanant des collectifs locaux.

Le document suivant reprend ce qu'il convient d'acter des échanges: decisions_nature_et_fonctionnement_densemble_pour_le_climat_en_hauts-de-france_-_4epleniere_09032019.pdf

L'animateur propose de collecter des propositions.
De nombreuses prises de parole apportent différents éclairages sur la façon d'exprimer ce qui rassemble le collectif: par finalité(s)? par objectif(s)? Quelle est la place à réserver à l'“action largement insuffisante” (formulation majoritairement admise, contre la proposition “inaction”) des politiques/des milieux économiques, au GIEC, à l'accord de Paris, à la justice sociale, à la biodiversité et au vivant, à la santé environnementale?

La phrase centrale “Éviter l'emballement du dérèglement climatique pour sauver l'Homme et le Vivant, en faisant respecter les recommandations d'objectifs du GIEC pour préserver les équilibres vitaux de la biosphère” est adoptée à une très large majorité.
La Plénière s'en remet à un groupe de travail en charge de compléter cette phrase centrale avec les différentes propositions émises.

Des voix se lèvent pour que le collectif soit davantage tourné vers l'action.

Pour Julien Ente, on est un collectif de lutte, et “les actions découlent de notre place dans la lutte”. Il propose le texte suivant:

La question du changement climatique est une lutte politique, une lutte contre la montre. Dans toute lutte il y a des adversaires, pas nécessairement des ennemis, et des alliés. Les alliés ne sont pas forcément d'accord sur tout, mais avec lesquels il est possible de construire un front unitaire pour gagner. C'est une lutte pour l'humanité, elle se doit de rassembler ceux qui luttent pour tous. Elle inclut les déclassés, les femmes, les déplacés, les exilés, qui portent une dynamique de responsabilisation collective vis-à-vis du futur. C'est avec eux que nous pourrons construire un futur. Celui-ci ne sera pas rendu possible par des rapports bien écrits, des tribunes ciselées, des plans cohérents - ils existent déjà - mais par la construction d'un rapport de force. Nous ne devons pas rejoindre les autres luttes parce que c'est bien, parce que c'est moral, mais parce que c'est porteur d'un espoir de victoire.

Le groupe de travail sur l'organisation du collectif réuni le 8 mars propose d'acter qu'EPLC n'est ni un parti politique, ni un syndicat, ni une association où le monde serait tenu d'adhérer pour agir au nom d'EPLC. Aujourd'hui, le collectif rassemble un certain nombre de groupes locaux et de groupes thématiques, ainsi que des associations agissant au sein du collectif.

Pour Christopher Liénard, la coordination régionale ne fonctionne pas très bien, et les quelques personnes qui s'impliquent sont mises en cause parce que nous n'avons pas délibéré sur la façon dont nous voulons décider ensemble.

La Plénière acte l'existence d'une coordination régionale.

II.3.1 - Rôle de la Coordination régionale

La Coordination régionale est au service de ces groupes locaux, une plateforme qui met des outils à disposition. Pour remplir son rôle, elle a besoin de prendre des décisions, ce qui suppose une délibération de la Plénière quant à son périmètre d'action.

Ainsi:

  • la Coordination régionale facilite le travail des groupes locaux, les échanges entre les groupes locaux et les groupes de travail, elle supervise les actions (elle ne les “dirige” pas) peut se démarquer voire dénoncer celles qui pourraient porter préjudice au collectif: c'est une protection, une exception. Il peut alors y avoir un veto qui désolidarise le collectif
  • elle encadre le travail des groupes thématiques
  • elle peut servir de recours en cas de conflit
  • elle est garante de la répartition des rôle
  • elle organise les plénières ou en délègue l'organisation.

L'intérêt de la Coordination est souligné pour que les différents groupes locaux de l'ensemble du territoire régional aient le sentiment que nous agissons bien tous ensemble.

La Plénière valide ces différents points de son rôle à l'unanimité.

II.3.2 - Composition de la Coordination régionale

Les groupes locaux et thématiques sont représentés par deux référents (paritairement si possible) démocratiquement désignés. La Plénière valide cette composition.

Un débat s'engage sur la place des associations, des syndicats et autres organisations (collectifs citoyens…). Pour Christopher Liénard (Président de la MRES, qui héberge 115 associations), la place des associations est éminente. Au total, le collectif EPLC serait composé d'une coordination régionale, de groupes locaux, de groupes thématiques et d'organisations.

Ce positionnement peut avoir des conséquences: les organisations sont-elles représentées par leurs membres présents au sein des groupes locaux, ou bien doivent-elles être représentées dans la Coordination régionale en tant que telles? que pourrait-il se passer si les associations devenaient majoritaires par rapport aux simples citoyens?
La coordination régionale est missionnée pour explorer les conséquences sur son fonctionnement de l'accueil d'organisations dans EPLC et pour des propositions sur la représentation des associations dans le Collectif.

Les groupes ont des priorités diverses. Certains sont dominés par l'action (exemple: groupe Mobilisation), d'autres sont portés par la réflexion (exemple: groupe Argumentation). Il n'est pas nécessaire que le Collectif mette tous les groupes dans le même moule. De nombreuses interventions critiquent notamment le risque d'excès de formalisme.

Faut-il une “association noyau” pour porter des financements, une responsabilité juridique et éventuellement un porte-parolat? La question reste en suspens.

L'objectif du groupe de construction des revendications est de doter EPLC d'un moyen de s'approprier certaines des revendications émises par nous-mêmes ou présentes dans le débat public.

Une phase d'énonciation des revendications a eu lieu: 240 propositions venant d'une soixantaine de contributeurs différents. Ces propositions sont classées en grands thèmes. Elles sont de portée locale, régionale, nationale ou européenne. L'auteur de la proposition est également identifié par les organisateurs (lorsque cette rubrique est renseignée). Une phase de vote s'est déroulée au jugement majoritaire.

Le groupe souhaitait filtrer, regrouper les propositions, mais pour cela il est nécessaire de débattre avec des associations ou des experts, et cela n'a pas pu être organisé.

La Plénière doit décider de l'usage de ces revendications par EPLC. Les résultats sont disponibles [auprès de Christopher].

Michel Cucchi rappelle que le Groupe Argumentation est là pour se saisir des besoins des groupes locaux, exprimés par l'intermédiaire de la Coordination régionale, afin de proposer des points, des états de l'art. Son rôle n'est justement pas de porter des revendications.

Il est proposé que le groupe de travail régional trie entre deux Plénières selon les éléments disponibles (thème, portée, regroupements sur le fond, etc.) en travaillant avec des experts et en faisant des groupes thématiques sur chacun des axes. Le résultat de ce premier résultat est porté à la connaissance des groupes locaux. La Plénière valide cette proposition.

  • Mercredi 13 mars: assemblée des étudiants
  • Jeudi 14 mars: les étudiants Sud-Solidaires et les Gilets jaunes organisent une vélorution, Place de la République à Lille à 19h
  • Vendredi 15 mars: la marche des lycéens et étudiants, autonome par rapport à EPLC, mais avec son soutien. Elle débute:
    • à 8h à Valenciennes
    • à 14h à Lille [l'action de la matinée, initialement prévue à 8h30, est finalement annulée].
  • Samedi 16 mars, différentes marches ont lieu dans la région:
    • 10h: Lens (groupe local Lens-Liévin)
    • 11h: Dunkerque (EPLC collectif Dunkerquois)
    • 14h30: Arras (Collectif arrageois pour le climat), Boulogne, Lille (EPLC Lille)
    • 15h: Bailleul (Flandre Climat)
    • ?: Cambrai
    • ?: Amiens

A Lille, la marche du 16 mars du Printemps climatique et social a lieu à compter de 14h30. Pour sa préparation, trois réunions ont eu lieu, et à chaque fois, il y a moins d'une dizaine de participants. Le besoin exprimé est le suivant:

  • 3-4 personnes pour installer la sono
  • des référents pour la circulation
  • des porteurs de pancartes pour le rassemblement par villes et par quartiers de Lille
  • un porte-parole, pour l'animation et pour le (court) discours
  • des musiciens (pas de sono mobile pour porter les revendications).

Le parcours n'est pas encore déposé à la Préfecture. La question sur la fin du défilé (la MRES? le Belvédère) n'est pas décidée. Les Gilets jaunes emprunteraient un pré-parcours, de République à la Grand-Place, et ne poursuivraient pas au Belvédère.

A Lille, une action non violente est prévue le samedi matin dans un centre commercial Auchan. Il s'agit de fêter l'anniversaire de Vianney Mulliez pour protester contre le méga-projet d'Europacity. Un double objectif: médiatiser cette lutte, et faire passer le message pour les prochains projets de ce type, à savoir le bétonnage de terres fertiles, les destructions d'emplois, etc. Le contact est Alternatiba Lille.

Les Gilets Jaunes veulent s'inscrire dans le mouvement pour le climat, répondant ainsi à l'invitation faite lors de la précédente marche. L'AG des Gilets Jaunes du 8 mars aurait rapidement décidé de faire un défilé commun avec EPLC, et de participer également à l'ensemble des manifestations climat du 13 au 16, sur toute la région.

Ils proposeraient un travail en commun avec EPLC sur la problématique des transports, une question au plus près de leurs préoccupations: c'est dans cette perspective que les Gilets jaunes participent à la vélorution. Ils portent une seconde revendication, portant sur la fiscalité des plus gros pollueurs. C'est une réponse au catalogage “anti-écolo” des Gilets jaunes que tenterait le gouvernement.

Si un large accord s'exprime sur le fait qu'Ensemble pour le climat a vocation à accueillir ceux qui partagent la raison d'être du mouvement, différentes options s'expriment sur le degré de cette convergence, du “mélange” à la distinction complète des démarches: dire “les Gilets Jaunes défilent avec EPLC” et “les Gilets Jaunes et EPLC défilent ensemble”, ce n'est pas la même chose.

La délibération, difficile à organiser, est rendue possible selon une méthode héritée de la sociocratie, celle de la “moindre contrariété” (“Quels sont ceux qui sont profondément heurtés par la proposition suivante?”), en balayant un spectre allant de “Aucune action avec les Gilets jaunes” à “Convergence totale et assumée avec les Gilets Jaunes”:

  • 25 personnes sont “profondément heurtées” pour “2 cortèges, 2 parcours, zéro rencontre”,
  • 9 personnes “profondément heurtées” pour “2 cortèges, 2 parcours, 1 rencontre”,
  • 4 personnes “profondément heurtées” pour “2 cortèges, 1 parcours”,
  • 9 personnes “profondément heurtées” pour “1 cortège, 1 parcours”.

La délibération aboutit finalement à une décision sur la marche du 16 mars: “2 cortèges, 1 parcours”.

La séance est levée.

  • /var/www/framasite/wiki/users/collectif-climat-hdf.frama.wiki/data/pages/pleniere090319.txt
  • Dernière modification: 2019/03/18 13:04
  • par julie_r