cr_lille_rencontre_mairie_25_02_2019

EPLC Lille

Compte-rendu

Membres présents :
Pour la Ville de Lille:

  • A Linkenheld: Conseillère municipale déléguée à la mixité et à l'innovation sociale, anciennement élue sur les sujets liés à l'habitat et député du Nord - en charte du dossier Lille Capitale Verte
  • Lise Daleux: 3ème Adjointe EELV au maire de Lille, déléguée à la nature en ville, aux espaces verts, à la politique de l'eau et la biodiversité
  • Marie Pellier: Chargée de mission Lille Capitale Verte

Pour EPLC: Michel Cucchi, Violaine François, Pauline Rocher, Vincent Chambat

A Linkenheld n'a actuellement pas de mandat particulier lié au développement durable (contrairement à Lise Daleux). En revanche, elle se présente comme étant connue pour ses positions engagées sur le sujet et son action pour la rénovation des logements anciens lorsqu'elle était en charge de l'habitat pour la Ville. Pour le collectif EPLC Lille, Mme Linkelheld n'a pas été désignée par Mme Aubry par rapport à son mandat, mais en tant que sa personne de confiance, et c'est ainsi qu'EPLC entend construire ses échanges.

La Ville a préparé ses réponses à nos questions et attendait ce RDV pour en parler avec nous avant de nous faire une réponse écrite –> la réponse écrite sera faite la semaine prochaine

Rappel de la première question du collectif: 1) La ville s’est engagée, au travers de la convention des maires, à réduire de 40 % sa production de gaz à effet de serre d’ici 2030

  • Comment se décline cet engagement ? Pouvons-nous avoir connaissance du rapport remis à la Convention des maires (non disponible sur le site)?
  • Avez-vous revu votre objectif à la suite des recommandations du GIEC d'octobre 2013 (2018 ?) et de la prise de parole d'Antonio Guterres (qui recommande une réduction des GES de 50% à horizon 2030) ?
  • Comment cet engagement est-il piloté ? Existe-t-il un état des lieux initial (bilan carbone, …) permettant un point de référence pour le suivi des objectifs par grand secteur (énergie, transport, bâtiment, agriculture, industrie) ? Une stratégie de mise en oeuvre existe-t-elle, et a-t-elle fait l'objet d'un document à nous partager ?
  • Quels calculs vous ont-ils permis d’estimer que la ville sera en mesure d'atteindre ces objectifs pour 2030 ? Avez-vous estimé la part que représentent les actions du dossier Lille Capitale Verte dans l'atteinte des objectifs ?
  • Qu'est-il prévu en cas de non-atteinte des objectifs ? Des actions plus contraignantes sont-elles d'ores et déjà identifiées et prêtes à être mise en oeuvre si les résultats n'étaient pas au RDV ?


Sur l'engagement

C'est bien la Convention des maires, dans laquelle la Ville est entrée de manière volontaire depuis XXXXXX années, qui fixe l'objectif, c'est à dire une réduction de 40% des émissions de GES d'ici 2030 par rapport à 1990. La ville ne souhaite pas modifier cet objectif en prenant celui du GIEC (plus contraignant) en compte. Principalement pour 2 raisons:

  • elle considère que changer d'objectif peut avoir un impact négatif sur la dynamique enclenchée
  • elle préfère se fixer un objectif atteignable et être réaliste, plutôt que de fixer des objectifs et ne pas les tenir (notion d’honnêteté vis-à-vis des citoyens).

[Sachant que ce niveau d'engagement est insuffisant pour éviter le scénario de Terre-étuve, EPLC Lille doit décider de sa conduite à tenir avant la prochaine rencontre de Mme Linkelheld:
- “Proposition 1: L'engagement de la ville de Lille, quoiqu'insuffisant, va dans le bon sens. EPLC Lille accepte de coopérer avec la ville pour aller le plus loin possible dans la direction souhaitée”.
- “Proposition 2: La ville de Lille a clairement exprimé son refus de s'engager au niveau recommandé par le GIEC, pourtant signé par le gouvernement français. EPLC ne peut donc coopérer avec la ville”.

Nous pouvons débattre entre nous (via Discord, par exemple, pôle “GROUPEMENT PAR VILLE” puis #lille) puis voter le cas échéant en l'absence de consensus.]


Sur le rapport de la convention des maires

La ville va nous transmettre le document officiel, qui a été ratifié en 2017


Sur le pilotage de la démarche

La convention des maires inclut un outil de pilotage –> Citergie, avec un conseiller


Sur l'atteinte des objectifs

La Ville est consciente que tout n'est pas parfait: - il existerait un cadre réglementaire qui ne permet pas de tout faire (mais Mme Linkelheld n'a pas réussi à désigner ce qui, dans ce cadre réglementaire, l'empêchait de tenir des engagements proposés par le GIEC) - un certain nombre de sujets ne sont pas de la compétence de la Ville (mobilité, bilan carbone à l'échelle du territoire…), ce qui n'empêche pas la Ville de mener des actions et d'engager des budgets au-delà de son périmètre, de manière volontariste

Le dossier de candidature à LCV (Lille Capitale Verte) est le dossier le plus abouti à leur niveau. Il détaille la démarche de la Ville autour de 12 critères, en précisant les indicateurs mesurés, avec les historiques, les courbes d'évolution et les objectifs. Les 12è critère est justement un critère de gouvernance de la démarche. La Ville sera jugée sur ça aussi. Il a permis à la Ville de se mettre dans une démarche de transversalité, qui perdure au-delà de ce dossier. D'ailleurs, la candidature pour la Ville est moins importante que la dynamique qu'elle soutient.

Cependant, Mme Linkelheld entretient la confusion entre l'audit sur la gouvernance du projet (extérieur) et la gouvernance effective des programmes et opérations au sein de la municipalité. La question de l'emprise du projet Lille Capitale Verte sur l'ensemble des décisions prises par la Municipalité n'a pas reçu de réponse.


Sur l'état zéro

La Ville est consciente que beaucoup d'éléments du dossier LCV sont limités au périmètre municipal (les bâtiments de la ville, les déplacements du personnel…). Elle est convaincue qu'un bilan à l'échelle du territoire serait bien plus pertinent (bilan carbone) et que les éléments dont ils disposent sont “une goutte d'eau dans l'océan”. L'échelle de la MEL pour un tel bilan carbone fait l'unanimité (Ville + EPLC). Il est émis l'idée de nous mettre en mouvement ensemble:

  • la Ville en tant que membre comptant 20% des habitants e la MEL
  • EPLC, grâce à son réseau régional, en menant des actions similaires de sensibilisation auprès de toutes les communes de la MEL
  • l'objectif étant de faire décider au niveau de la MEL de réaliser un bilan carbone du territoire

EPLC a émis l'idée (qui a été acceptée) de mettre en place un document qui synthétise les points de convergence entre la Ville et EPLC, une “convention d'objectifs” que l'on pourra signer ensemble et qui formera les bases d'un engagement réciproque de se mettre en mouvement pour l'atteinte de ces objectifs partagés.

Les éléments principaux de cette convention (qui doit être un document court et lisible):

  1. Que l'on contribue ensemble à faire acter la réalisation d'un bilan carbone à l’échelle de la MEL et par commune slon une méthodologie homogène, dans le délai le plus court possible
  2. Que, sur la base de cet état zéro, soit définie une stratégie explicite de décarbonation (malheureusement non actualisée à la suite du rapport du GIEC), rendue publique et diffusée auprès de la population
  3. Que dans l'intervalle, et sans attendre que les points 1 et 2 soient mis en place, qu'un travail commun sur des idées d'actions à mettre en oeuvre soit réalisé
  4. Que le collectif soit associé dans la gouvernance d'un budget climat, dans le cadre plus large d'un “copilotage” avec la société civile (ce budget climat, initiative de l'équipe municipale, doit être prochainement mis en place au niveau de la Ville de Lille).

EPLC Lille, avec ces objectifs et engagements partagés, pourrait contribuer à diffuser cette stratégie.

EPLC, en signant ce document, ne ferait pas pour autant de compromis sur le niveau d'exigence du rapport du GIEC d'octobre 2018. Ce serait un premier pas constructif pour avancer ensemble, ce qui n'empêche pas de conserver notre ambition que les derniers objectifs du GIEC soient pris en compte et de continuer à faire bouger les lignes positivement sur ce sujet fondamental.

La Ville lance (du 25/02 au 11/03) un appel aux citoyens Lillois pour constituer un groupe de 52 volontaires pour travailler sur la qualité de l'air.

L'idée est que chaque citoyen peut candidater. Les 52 retenus seront formés par des experts au sujet. Ils mèneront ensuite un travail commun, alimenté par les suggestions faites sur internet par les citoyens.

Ce groupe restituera son programme fin juin auprès du conseil municipal.

C'est une opportunité pour les membres du collectif qui souhaitent s'investir sur le sujet de la qualité de l'air et nous avons proposé de relayer cette information au sein d'EPLC

Plus d'infos sur: https://www.lille.fr/Actualites/Qualite-de-l-air-debat-citoyen

Prochaine réunion : Lundi 25 mars, 14h.

  • /var/www/framasite/wiki/users/collectif-climat-hdf.frama.wiki/data/pages/cr_lille_rencontre_mairie_25_02_2019.txt
  • Dernière modification: 2019/03/04 10:49
  • par hugo_o