cr290918

Synthèse des synthèses des ateliers du 29 septembre Halle aux sucres

1.1 Une volonté partagée de sortir dans la rue, de dépasser nos actions locales, nos écogestes pour dépasser la politique des “petits pas” interpeller la Société sur l'urgence à agir pour transformer radicalement nos modes de vie.

1.3 Si nous voulons rassembler plus largement, nous devons situer notre objectif comme une question de vie ou de mort. Il s'agit de sauver la vie. Il faut élargir l'enjeu pour ne pas risquer d'apparaître comme étroitement environnemental, comme un lobby des solutions technos écolo. C'est la globalité de notre mode de vie, de nos aspirations, de nos relations avec les autres et avec le vivant qui est concernée. Dans nos actions, il faut mettre en scène cette question de vie ou de mort.

1.4 Pour marquer cette volonté d'élargissement de notre objectif on pourrait ajouter “sauvons la vie” à la dénomination de notre collectif : “Ensemble pour le climat : sauvons la vie”.

1.5 Notre interpellation des pouvoirs politiques est globale, transversale, radicale. Elle concerne la transformation de toutes les politiques avec l'objectif de réduire par 4 nos émissions de gaz à effet de serre à tous les niveaux. Comment bâtir les transitions pour anticiper les crises à venir ou/et l'amplification des crises déjà engagées? Comment en fait-on un débat citoyen permanent? Comment soutient-on des expérimentations citoyennes?

2.1 Si les marches se déroulent dans les grandes villes, il faut mener un travail de mobilisation en amont dans chaque quartier, village, associations, initiatives par exemple en soutenant l'organisation de “café-citoyen-climat : sauvons le vie” qui permettraient aux citoyens d'exprimer leur angoisse, de mieux comprendre les enjeux globaux (explication rapport du GIEC…) et valoriser les initiatives collectives et citoyennes locales.

2.2 Notre collectif pourrait susciter la création d'ateliers décentralisés de fabrication de la marche, en associant des collectifs d'artistes (musiciens, plasticiens). Notre collectif pourrait mettre à disposition des ressources, des outils avec l'objectif de dynamiser et grossir les futures marches.

2.3 Des comités “ensemble pour le climat :sauvons la vie” pourraient être constitués pour rassembler acteurs et citoyens dans chaque ville.

2.4Tout en restant facile d'accès, les formes des marches pourraient évoluer en étant plus démonstratives et sources de dialogue avec les habitants, sortir du centre ville, ne pas se limiter aux institutions politiques. Le parcours des marches pourraient mettre en évidence des projets destructeurs, valoriser des alternatives (ex: aller à Saint so, faire une chaîne humaine et encercler des bâtiments, des arbres, symboliquement…).

3.1 Les marches ne suffisent pas, d'autres formes d'actions non violente sont à construire. Ces actions non violente doivent être visible, perturber le quotidien, faire réagir, questionner, accélerer les changements.

3.2 Elles devront évaluer les capacités à recevoir le soutien de l'opinion, à être considérées comme légitime.

3.3 Elles devront être capable de neutraliser tout risque d'infiltration violente qui les discréditeraient.

3.4 Elles peuvent être plus ou moins engageantes mais elles supposent que ces participants se connaissent et se soient rencontrés et formés au préalable.

3.5 Les propositions d'actions non violentes doivent être définies et validées collectivement.

3.6 Un groupe régional de préparation et de formation à différentes actions non-violente est à constituer.

4.1 Leur remettre le rapport du GIEC et demander de présenter leur politique pour atteindre les objectifs

4.2 demander que le diagnostic et les politiques envisagées soient mises en débat avec des moyens dans tous les quartiers ou dans le village, la communauté de commune

4.3 demander à participer à l'élaboration de la méthode de mise en débat d'une politique transversale sur le territoire concerné en associant les services de l'Etat et les différentes collectivités (communautés urbaines, conseil départemental, conseil régional…).

4.4 refuser de s'enfermer dans une politique spécifique (non transversale) ou/et une commission avec un adjoint, demander une discussion au niveau du maire ou/et du président de l'institution.

4.5 mettre en place des groupes de travail internes pour savoir argumenter auprès des communes sur ce qui doit et peut être fait pour atteindre les objectifs. Càd capitaliser sur les connaissances, les actions déjà entreprises ailleurs et donc connaître les solutions existantes qui fonctionnent.

4.6 recenser les intervenants éventuels en cohérence avec les solutions qui marchent. i.e. Zero Waste pour les déchets, conférence à Arras (?) sur les actions à faire par les citoyens, etc…

4.7 identifier les différents acteurs politiques (décideurs) à tous les échelons

4.8 obtenir des indicateurs fiables montrant la diminution des GES

  • /var/www/framasite/wiki/users/collectif-climat-hdf.frama.wiki/data/pages/cr290918.txt
  • Dernière modification: 2019/03/12 20:50
  • par julie_r